Villeurbanne est une ville qui, depuis la fin du XIXe siècle s’est construite avec l’arrivée successive de populations venues d’ailleurs.

Dans un contexte mondial de mouvements migratoires profonds et durables et face à des situations humaines dramatiques, Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, a engagé une mission de réflexion sur l’accueil des migrants. Il a souhaité qu’à Villeurbanne cette réalité puisse être appréhendée avec responsabilité et non dans une “acceptation obligée”. Il a choisi de mobiliser l’histoire de la ville, son expérience, ses habitants ainsi que les acteurs du territoire. Cette mission a été confiée à Cédric Van Styvendael, directeur général d’Est Métropole Habitat. Elle devra répondre aux questions suivantes : sur quoi se fonde la tradition d’accueil à Villeurbanne, comment s’exprime-t-elle aujourd’hui et quelle forme pourrait-elle prendre demain ?

Les grands axes de réflexion

Depuis le printemps 2017, une trentaine d’acteurs de la solidarité, de la culture, du sport, de l’enseignement, du logement, de l’asile et de l’économie à Villeurbanne a été rencontrée. À la suite de ces nombreux échanges, trois axes guident aujourd’hui les pistes de réflexion et de travail de cette mission :

Les villes sont en première ligne dans l’accueil des migrants. Elles se retrouvent avec de nouvelles responsabilités et compétences « de fait ». Penser cet accueil dans un État de droit revient d’abord à garantir l’accès aux droits des personnes qui ont été amenées à se déplacer sous la contrainte.

Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé en début d’année pour faire de 2018 une « année de l’accueil ». Une série d’événements – culturels, sportifs, associatifs – sera proposée aux habitantes et habitants pour leur permettre de « vivre une expérience sensible » de l’accueil. Objectif : favoriser les moments de partage, d’échange mais aussi de réflexion pour sensibiliser et interpeller.

En donnant la possibilité à chaque habitante et habitant, y compris ceux de passage et qui ont été contraints à l’exil, de s’exprimer, de s’impliquer dans la vie publique et de participer aux conditions d’une ville accueillante. Pour la première fois, un jury citoyen sera mis en place. Et des dispositifs de participation numérique seront proposés.

Une démarche participative et collective

Des citoyens volontaires ou tirés au sort, issus des différents quartiers de la ville, seront préalablement sensibilisés à la question des migrations et du droit d'asile. Après plusieurs sessions d'échanges, le jury formulera des avis et des propositions pour répondre aux enjeux de l'accueil.

En savoir plus

« La pensée design » est une méthode de collaboration orientée sur la résolution de problèmes. Elle réunit des personnes avec des compétences et des regards très différents pour réfléchir ensemble sur des problématiques qui aboutiront sur des solutions très concrètes, améliorant les conditions d’accueil pour les nouveaux arrivants. Un mapathon, atelier de cartographie collaborative, accompagnera cette démarche pour recenser l’ensemble des initiatives et des lieux d'accueils favorisant l'inclusion sur le territoire villeurbannais.

Plus d'informations prochainement

elle permettra de suivre la totalité de la démarche et d'y participer grâce à un forum, des débats en ligne, une boîte à idées, la publication d'interviews...

Vous êtes dessus !

Si l’accueil, dans le cadre de cette mission de réflexion, a une visée prospective, elle a aussi une dimension mémorielle nourrie par le vécu des habitants. Un recueil de témoignages sera ainsi lancé avec les acteurs du territoire. Les récits seront compilés par le Rize et diffusés via des expositions, des émissions radiophoniques, des écrits…

À découvrir prochainement sur le site du Rize